L'ère des Loups

JdR Strict - Dark Fantasy
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Efraeyt des Plaines interdites

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fenlren

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 04/11/2016

MessageSujet: Les Efraeyt des Plaines interdites   Mar 28 Nov - 20:47


Les Efraeyt
ou
Peuple de la Lune



Originaire du Sud de Vanthéria, le Peuple de la Lune, tel qu’il est communément appelé, est une espèce elfique mono-genre dont le berceau se situe dans les Plaines interdites et les forêts qu’elle abritent. Ils ne présentent pas une puissance économique ou militaire importante; cependant, leur influence artistique n’est plus à prouver : leur sensibilité à la beauté, aux couleurs, aux sons, aux matières et aux saveurs est appréciée aux quatres coins de Vanthéria.

Fondée sur l’art et la philosophie, leur culture se veut universelle. Privilégiant arts et formes de communication; ses habitants sont considérés calmes et harmonieux.
Pour cette raison, il n’est pas rare de voir une conseillère Efraeyt aux côtés d’un politicien d’un autre peuple.

Étymologie : “Efrae”, déesse de la Lune et de la beauté, “-Yt” suffixe signifiant un lien de filiation. “Efraeyt’ peut ainsi être traduit comme “Filles d’Efrae” ou “Enfants de la Lune”

Morphologie et biologie :

Les Efraeyt ont une apparence proche de la conception générales des elfes : similaires aux humains, dotés de deux bras, deux jambes, d’un tronc et d’une tête. Malgré cette ressemblance, ils portent cependant leurs caractères propres. En plus des oreilles en pointes typiques de leur nature elfique, les Efraeyt présentent en général une silhouette fine pour une grande taille (Allant de 1m65 jusqu'à deux mètres en moyenne).

Leur couleur de peau est en accord avec leur nom : proche de la pâleur d’un clair de Lune. Il en va de même pour leurs cheveux, majoritairement dans les couleurs blanche et blonde, il arrive cependant que certains individus tendent vers le brun. Les couleurs noire et rousse n’existent que via des teintures. En ce qui concerne les yeux, ils varient du blanc au vert, en passant par le bleu.

Il est possible de distinguer les Efraeyt des autres elfes dûe à un critère morphologique particulier. En effet, leur visage est plus gracieux que la moyenne en raison d’une arête nasale située dans le prolongement de la courbe du front ; de fait, l’arrête de leur nez est inscrite dans la continuité du visage au lieu d’en ressortir.




Biologie :
A l’instar de nombreuses espèces elfique, les Efraeyt disposent d’un système cellulaire aux étonnantes propriétés de régénération : ils ne guérissent pas plus vite que les autres espèces, mais ils peuvent en revanche vivre près d’un millénaire.

Les informations concernant le genre de cette espèce sont plutôt conflictuelles. Le Peuple de la Lune est une espèce mono-genre sans concept de différence entre les sexes. Mâle et femelle n’ont aucune signification réelle pour eux, de plus, si l’on demande à l’un d’eux quel est leur genre “Pas réellement une femme” serait sans doute la réponse la plus correcte.

Le système nerveux des Efraeyts est extrêmement développé; il est une part très importante de leur vie. Non seulement il accroît leur sensibilité sensorielle que l’on retrouve dans leurs arts, mais est également nécessaire à la pérennité de leur espèce.

En effet, si les ethnologues se sont en premier lieu demandés comment une espèce constitué uniquement de femelle pouvait survivre dans la durée; cette interrogation a aujourd’hui trouvé réponse : le système nerveux développé des Efraeyt leur permet d’effectuer une parthénogenèse lors d’un processus nommé “Harmonisation”.

Ce processus fonctionne par contact dermique et est transmis par des impulsions nerveuses (Potentiel d’action) et permet une reproduction asexuée si l’envie y est. Le nom de ce processus n’est pas choisi par hasard : pendant une harmonisation, les deux êtres ne forment plus qu’un unique système nerveux, partageant souvenirs, pensées et sensations.

Enfin, les Efraeyt disposent d’un larynx à deux entrées similaire à celui que l’on retrouve chez certains oiseaux. Bien qu’il s’agisse d’une caractéristique biologique secondaire, les ethnologue s’accordent sur le point que le chant est si important dans leur culture que cette caractéristique est devenue un critère de sélection.


Dernière édition par Fenlren le Jeu 30 Nov - 20:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenlren

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 04/11/2016

MessageSujet: Re: Les Efraeyt des Plaines interdites   Mar 28 Nov - 20:49





Architecture, culture et société :


Les Efraeyt vivent dans des grandes villes irriguées par les lacs et rivières qui sillonnent les Plaines interdites. L’architecture urbaine est très travaillée : bâtiments, arbres et plantes (Nombreuses et bien entretenues) et rues sont agencés avec un soucis d’esthétique très poussé, presque obsessionnel. Les bâtiments sont généralement de pierre lisse ou de bois, vastes, mais simples; bien souvent dans des formes arrondies.

Là où certains peuples dominent le paysage de leurs constructions et où d’autres s’y confondent. L’architecture Efraeyt est travaillée pour sublimer ce dernier, s’en démarquer sans l’altérer.

Les styles vestimentaire respectent également ce soucis d'esthétisme ; tout comme la beauté, l’élégance est très appréciée. Même s’il existe des vêtements très raffinés, certains font également symphonie de la simplicité : un écrin beau et bien porté, sur un corps beau et bien soigné.

Cette conception du beau se retrouve également dans les arts, où la peinture, la musique et le chant représentent des moyens de rendre hommage à la beauté comme d’exprimer l’être qui la porte : il n’existe pas de textes pour les chants, ils expriment simplement l’état d’esprit actuel de l’Efraeyt qui se pousse à cet exercice.

L’expression de l’être se retrouve également sur une personne. En effet, les Efraeyt ont une tradition très ancrée de porter ce qu’ils nomment un J’ban, “mirroir”. Il s’agit d’un code couleur très varié pour exprimer ses émotions et humeurs ; il est porté en tant que peinture sur le visage, généralement composé de symboles fins et symétriques :

  • Le Jaune seul désigne la Colère. Associé au noir, on parlera plutôt d’un désir de vengeance. Associé au blanc, le sens change complètement pour désigner un état amoureux ou l’envie d’être “soigné” par un amant. Mélangé au bleu (clair), on parlera plutôt de jalousie.
  • Le Rouge seul exprime la Joie. Associé au blanc, il s'agit d’une gaieté innocence et banale, associé au jaune il exprimera plutôt d’une grande joie, comme la naissance d’un enfant. Mêlé au noir, cette couleur représente le bellicisme.
  • Le Bleu (foncé) seul exprime la tristesse. On parlera de nervosité quand le bleu est clair. Le bleu foncé associé au noir exprime le deuil ou la profonde tristesse. Le bleu clair associé au rouge exprime le fait de reconnaître ses erreurs. Enfin, le bleu foncé associé au blanc exprime le stoïcisme, l’imperturbabilité, le fait d’être consciencieux dans une tâche ou un but.
  • Le Blanc seul symbolise le calme, ou une humeur indéfinissable, le Noir seul n’est pas utilisé. Les autres couleurs tel que le violet, le vert ou l’orange sont des couleurs neutres, que l’on peut utiliser en association à une couleur simple par soucis d’esthétisme.



Exemple de J'ban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenlren

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 04/11/2016

MessageSujet: Re: Les Efraeyt des Plaines interdites   Mar 28 Nov - 20:54

Philosophie : Le Njira :

Efrae, la Mère Lune

Citation :


Selon le mythe de la création, l’univers aurait été enfanté par Efrae, son souffle est devenue la magie et a permis l’apparition de la vie. Il est également dit que quand les vices telle la violence et l’avidité ont atteint les êtres conscient ; la Mère aurait pleuré pour ses enfants, en sachant qu’ils devront lutter contre eux même et travailler leur esprit afin de ne pas sombrer dans le pêcher.


Les Efraeyt seraient nés des larmes qu’elle a versée en formant le lac d’Al’mal, le Berceau.



Souvent considérée à tort comme une religion, la “religion” Efraeyt reconnaît Efrae comme une mère plus que comme une divinité. Il ne s’agit donc pas de suivre une liste de commandement, mais de suivre les conseils et la sagesse d’une mère aimante.

Ethymologie : “Ra” signifie âme, “Nji” est le terme utilisé pour symboliser la fusion. Njira est donc perçu comme une fusion de l’âme avec son monde.

La philosophie Efraeyt ne possède aucune valeur intrinsèque liée à la compréhension du monde; il s’agit en réalité d’une résultante de la non-pensée, un état de conscience particulier qui leur permet de vivre en harmonie avec eux-même, et donc, selon leur croyance, avec l’univers. Ce faisant, le Njira permet d’aller au-delà de ses propres limites, apaisant le corps, l’âme et l’esprit, permettant d’ignorer la peur, l’avidité, la douleur et la colère.

La non-pensée n’est cependant pas à confondre avec l’ignorance, certains adeptes du Njira sont d’ailleur de brillants érudits. Le tout est d’avoir le contrôle nécessaire sur ce savoir pour ne pas qu’il interfère avec l’intuition.

Les pratiquants de cette philosophie tendent vers un idéal nommé Éveil, un état de conscience supérieur cru comme étant une symbiose totale entre l’être et son environnement. Mais pour pouvoir atteindre cet état, il ne faut surtout pas le vouloir; ceux qui confondent Njira et religion se livrent à des pratiques qui les éloigne de cet idéal.



La perception des choses selon le Njira :


1. Chacun dispose de sa sphère de perception pour appréhender l’environnement.

2. Rencontrer quelqu’un revient à se faire interpénétré les sphères de perception de chacun, la gêne intervient quand l’intersection est trop importante.

3. Chez les vrais amis, cette intersection disparaît, comme chez les amants.

4. L’amour revient à fusionner ces deux sphères en une seule plus étendue.

5. L’Eveillé fait fusion avec les gens, les animaux, les plantes et la montagne.

6. Celui qui se concentre sur lui même ne perçoit que son nombril.




Les cinq valeurs de Njira :


  • La Bravoure : elle ne rend pas un individus bon, mais rares sont les vertueux à se montrer couard. Cette valeur se retrouve dans le gouvernement Efraeyt, où l’un ne doit pas craindre d'exposer ses arguments à la majorité (Voir Gouvernement).
  • L’Honneur : il ne peut être acheté. Il ne peut pas non plus être vendu, aussi sa valeur est plus grande que les trésors de ce monde. Il peut cependant être perdu, et apporte la honte a ceux qui ne cherchent à le récupérer. Cette valeur va de pair avec la culture de l’expression de l’individus chez les Efraeyt, de même qu’avec le processus d’harmonisation : le mensonge est perçu comme malsain et destructeur.
  • La Compassion : il existe beaucoup de choses pour témoigner de la nature d’un individus. La Compassion est ce qui sépare l’homme de la bête. Celui qui à de l'empathie pour ses semblable les éloigne du malheur, et se tiendra devant les injustices.
  • La Sagesse : la Sagesse est une vertue qui pousse l’un à se cultiver tout au long de sa vie, il est impossible que le sage ne puisse le devenir davantage. Dans la vie, nous devons chercher à agir avec sagesse. Agir avec sagesse ne rend pas la vie plus facile ou plus simple, parfois même l’inverse ; mais elle nous rend meilleure.
  • La Générosité : aucun ne peut prétendre être bon s’il ne partage pas sa prospérité. La Générosité est requise pour la dignité dans la vie, et la paix dans la mort.



Les préceptes du Njira :


Chacun suit la voie qu’il désire, cependant le Njira obéit à dix préceptes :

I.    Ne pas tuer :
le Njira intègre les divers écosystèmes qui enregistrent la vie. Tuer des animaux ou cueillir des végétaux pour se nourrir est nécessaire. Chasser ou arracher des plantes pour le plaisir est inacceptable.

II.   Ne pas voler :
Voler le bien d’autrui n’est pas acceptable, lorsque l’on ne fait qu’un avec l’autre, voler autres revient à se voler soi-même.

III.  Ne pas tromper :
Il est nécessaire de s’ouvrir à l’autre pour fusionner avec lui; la franchise est le premier pas du Njira

IV.   Ne pas mentir :
Le mensonge affaiblit celui qui le profère. La vérité triomphe de toute chose.

V.    Ne pas céder à la colère :
La colère est un état qui ne trompe personne. Coupés du monde extérieur, nous perdons tout contrôle. Maîtriser ses excès d’humeur rend possible la communication et résout tous les problèmes relationnels.

VI.   Ne pas prendre de substances nocives :
Un esprit sain dans un corps sain.

VII.  Ne pas tenir de propos erronés :
Avouer ses lacunes est sage. Les combler avec du vide est stupide.

VIII. Ne pas se faire valoir en dénigrant les autres :
Mieux vaut être que paraître, savoir qu’avoir. Attirer l’attention sur soi en marchant sur les autres est un spectacle temporaire. Intéresser les gens par sa personnalité crée une relation durable.

IX.    Ne pas prendre l’argent pour une fin en soi :
L’argent n’est qu’un outil permettant d’accomplir certaines entreprises. Il ne donne réellement ni prestige ni pouvoir.




Citation :
Quelques citations du Njira :


  • Ce n’est pas au maître de chercher un élève, mais à l’élève de trouver son maître.
  • La non-pensée n’est pas affaire de non-esprit.
  • Qui regarde son nombril ne voit pas la beauté des autres
  • Les plus grands des voyages commencent par un premier pas.
  • La renommée est plus longue que la vie
  • Les excès tuent plus sûrement que les épées
  • Le mieux est l’ennemi du bien.
  • La porte la mieux fermée est celle qu’on laisse ouverte.







Citation :
Légende du Njira : Le Maitre et le Rien :

"Un grand Maître parcourait le monde.

Alors qu'il marchait,
Un incendie lui barra le chemin.

Mais le Feu et le Maître ne font qu'un.

Tous les Animaux fuyaient, mais lui, poursuivit la route au milieu des flammes.

Un peu plus loin, il arriva dans une vallée de roche et de cailloux. Un gigantesque séisme fendit le sol en deux aux pieds du Maître.

Mais la Terre et le Maître ne font qu'un.

Et il passa son chemin à travers les éboulis.

Au bas de la vallée était un village de pêcheurs. Ses habitants couraient dans tous les sens à l'approche d'un raz-de-marée.

Mais l'Eau et le Maître ne font qu'un.

Et il continua par-delà les flots.

Arrivant dans le désert, il rencontra une caravane aux prises avec une tornade de sable.

Mais l'Air et le Maître ne font qu'un.

Et il dispersa les vents.

Au bout de sa course, il arriva enfin.

C'était un pays où il ne se passait rien. Les gens ne voyaient ni n'entendaient rien.

Le Maître, soudain vulnérable, prit ses jambes à son cou et retourna auprès des siens.

Car lui seul ressentait la force du rien"


Les Soeurs :
Les Soeurs sont ni plus ni moins les “Prêtresses d’Efrae”, celles qui représentent ses enseignements, elles jouent un rôle important dans la société Efraeyt. Non pas qu’elles soient des dirigeantes ou de grand acteurs économique ; elles sont cependant des guides spirituel, apportant sagesse à qui le désire, réconfort à celui dans le besoin.
Elles officient dans les temples mais n’ont aucun problèmes à en sortir. En effet, les Soeurs sont des membres à part entière de la société active ; on peut être l’une d’elle et quand même disposer d’un métier et une famille.

Elles sont généralement vêtues de robes fines, plutôt ouvertes. Bien qu’il n’y ai pas de style prédominant, il est aisé de reconnaître les Soeurs si l’on connaît le cycle lunaire actuel ; en effet, lors des demi-lunes les robes disposent d’une épaule découverte selon l’hémicycle visible, lors des pleine-lunes, les deux épaules ainsi que le dos sont dévoilé, à la nouvelle-lune, les robes couvrent l'intégralité du corps, des chevilles jusqu’aux clavicules (Ce qui contraste énormément avec le style vestimentaire local).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenlren

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 04/11/2016

MessageSujet: Re: Les Efraeyt des Plaines interdites   Mar 28 Nov - 20:56

La société des Plaines interdites


Economie :
L’économie des terres Efraeyt est fondée sur un libre échange entre villes et villages. L’or y circule assez rarement, si ce n’est sur des bijoux ; en effet, les devises sont majoritairement utilisée pour commercer avec l'extérieur. Rien n’empêche les échanges de devises entre les Efraeyt, mais ils privilégie le troc en interne.

Le commerce extérieur reste très présent malgré l'indépendance du Peuple de la Lune sur les ressources de pierre, de bois, de nourriture (végétale ; une des raison pour laquelle la viande est rare dans le régime alimentaire local : pas d’élevage et importation coûteuse), et de textiles. Ils entretiennent des accords commerciaux avec leurs voisins.

Exportation : textiles, arts
Importation : métaux


Gouvernement :
Le concept de gouvernement national n’a été qu'adopté très tard dans l’histoire du peuple Efraeyt. Ils ont pendant longtemps été constitué de confédération de villes républicaines similaires aux Cité-Etat de la Grèce antique. Prônant le consensus, la culture Efraeyt n’a pas favoriser le développement de grands centres de population. Au lieu d’accumuler les richesses, ils ont préféré commercer librement. De même, au lieu d’entrer en conflit pour des divergences d’idées, ils ont cherchés à se comprendre.

Les différents clans Efraeyt ce sont rapprochées il y a quelques siècles lors de leurs premières rencontres avec d’autres espèces : leurs échanges ont fini par se muer en véritable démocratie. La société n’élit pas de représentant politique mais est dotée d’un corps législatif unique auquel tout citoyen peut participer. Les débats politiques ont lieu pendant la nuit (Sauf lors des nouvelle-lune). Tous les aspects de la politique y sont abordés. Lors des débats, l’opinion est plus anciens est écoutée avec le plus grand respect ; et ce sont souvent ces derniers qui remportent les suffrages du fait de leur sagesse.

_Politique extérieure
Bien que vivant en autarcie, le monde extérieur n’est pas inconnu des Efraeyt, encore moins de leur diplomates. En tant que puissance moyenne, ils ne peuvent pas négliger la scène nationale. Ainsi, la vision à “long terme” de leur ambassadeur se retrouve dans différents échanges culturels, accords commerciaux et défensifs. Il n’est pas rare de retrouver une conseillère Efraeyt aux côtés d’un représentant d’un autre peuple.


Doctrine guerrière :
Prônant la paix, le dialogue et l’échange, le Peuple de la Lune ne néglige pas l’aspect martial des choses. Leur style de combat met l’accent sur “art” dans “art martial”, tous les mouvements sont travaillés dans un soucis d’esthétique autant que d’efficacité.

L’armée Efraeyt ressemble plus à des conglomérat de guerriers qu’à une armée de terrain uniforme. Il n’existe pas de structure à l’échelle nationale : chaque communauté (ville, village..) s’organise comme il veut pour constituer une unité qui lui est propre et placer à son commandement un meneur élu par ses troupes. Ils ne possèdent pas d’uniformes et s’habillent comme ils l’entendent. Il ne s’agit pourtant pas d’une milice irrégulière : ceux qui endossent le rôle de guerrier le font à plein temps et de façon professionnelle.

En général, un soldat Efraeyt à passer 20 à 30 ans à pratiquer des arts martiaux. Les Efraeyt  choisissent de devenir des guerriers à un âge relativement bas ; dès cette décision prise, leur éducation est consacrée à l'entraînement du corps et de l’esprit dans ce but.

Selon les prédilection de leur communauté d’origine, les combattants Efraeyt se battent seul, en duo, ou dans un groupe de 5 personnes. Chaque guerrier Efraeyt possède un bon sens tactique, un oeil de prédateur ainsi que l’agilité et la grâce d’un danseur. De plus, la magie est répandue parmis eux et fait partie intégrante de leur formation. Toute lacune dans ce domaine peut valoir une exemption.

Vifs et mobile, les guerriers Efraeyt se révèlent cependant bien moins adaptés aux combat de ligne que les humains ou les nains. En faible effectif, dépourvus d'armure lourde et d’engin de siège, ils sont quasiment incapable de mener une guerre conventionnelle, encore moins quand il s’agit d’adopter une stratégie défensive. En général, les unités Efraeyt sont cantonnés aux opérations spéciales : elles excellent en matière d’embuscade et en guérilla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenlren

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 04/11/2016

MessageSujet: Re: Les Efraeyt des Plaines interdites   Jeu 30 Nov - 21:30

Annexes :




Écriture et langage :


Écriture :
L'Efraeyt s'écrit de gauche à droite. Très gestuel, il demande un lourd travail au néophite pour maitriser cette calligraphie. Car la forme d'un texte a autant d'importance que son fond.



Langage :
La principale difficulté pour celui qui souhaiterait apprendre le langage du Peuple de la Lune réside en deux points : d'une part, il s'agit d'un langage qui se chante et se ponctue de courtes variations vocales du plus bel effet, où les silences sont parfois bien plus éloquents que les mots; d'autre part, les sonorités sont difficiles à atteindre sans disposer du larynx très particulier de cette espèce.

Grammaire :

L'ordre grammatical dispose de la structure suivante : sujet - action - complément. Il n'y a pas de verbes à proprement parler, mais les termes d'action, accolés à des noms, qui expriment le passé, le présent ou le futur. Les articles sont inexistants.

Le sujet :
Les choses ne sont ni masculines, ni féminines. Les êtres sont aussi indifférenciés que les Efraeyt eux-mêmes. Le pluriel est construit en ajoutant la racine "nombreux" -or.
Shindar or = amis

L'interrogation :
L'interrogation est plutôt simple. Il n'existe aucune inversion de sujet-verbe comme dans le langage commun. Il s'agit tout simplement d'ajouter la racine "question" après la phrase.
Bel zelh, Nombre question = Combien ?

L'impératif :
On rajoute la racine "ordre" à la fin de la phase.
Nît kolh nêo nod odéa zâl, Moi étude par toi chant ordre = Apprends-moi à chanter

La négation :
On met la racine "négatif" juste après l'action.
Êt odéa net, Tu chant négatif = Tu ne chantes pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenlren

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 04/11/2016

MessageSujet: Re: Les Efraeyt des Plaines interdites   Ven 1 Déc - 10:02

De la perception des arts :

La danse
C’est la capacité à faire passer un message, une émotion ou une sensation par le langage du corps. Pris indépendamment les uns des autres, les mouvements des danseurs ont leur signification; mais la danse prend tout son sens une fois que tout est mis bout à bou, formant un tout indissociable. Techniquement, la danse peut se passer de musique ou se pratiquer sur n’importe quel rythme; mais c’est lorsqu’elle est en symbiose avec les sens qu’elle prend tout son sens, toute sa puissance.

La danse est ce qui relie l’âme au corps. Bouger son corps, c’est élever son âme… Le danseur est en communion avec son public et lui transmet des émotions. Son langage est universel et perceptible, depuis le fin fond des régions les plus primitives aux divers cours des grandes familles et autre notables. Le Danseur a le rythme dans la peau, dans le sang, et est souvent à la recherche du musicien avec qui il pourra créer le spectacle ultime où musique et danse de font qu’un.

La musique
Regroupe le chant et la pratique de tous les instruments. Le musicien intériorise les choses, à l’écoute de sa musique intérieure, il ne fait qu’un avec son instrument et recherche, lorsqu’il joue en groupe, la symbiose parfaite

On dit que la musique adoucit les mœurs, c’est une réalité. Le Musicien est une sorte de médecin de l’âme. Dès qu’il se met à jouer, les tensions se figent, les inimitiés cessent. L’on dit que le temps d’un morceau, les pires ennemis peuvent faire une trêve pour l’écouter ensemble.

La peinture :
Rassemble les technique de représentation graphique telle que l’aquarelle, le dessin, la peinture, la craie, les arts picturaux. Les peintres pensent en couleur et en lumière, ils ont un regard personnel sur ce qui les entoure et savent retranscrire l’invisible.

La sculpture :
Technique de représentation graphique qui amène à créer des volumes et du relief. Les sculpteurs pensent leur art en terme de forme et de représentation dans l’espace. Ils ne se limitent pas au taillage direct de la pierre, du bois ou d’autre matériaux, mais peuvent aussi se servir d’assemblages et d’empilements. Ils aiment retranscrire le concret et le réel soit en cherchant l’hyperréalisme soit en proposant de nouvelles formes de perception.

L'Évocateur est peintre et sculpteur, il oscille entre deux mondes : celui de sa pensée et celui de son inconscient. Peu importe le support, peinture, dessin, sculpture, il effectue un voyage intérieur pour tenter d’y trouver ce qui lui permettra de créer une œuvre universelle. Hyper-sensible, il est sans cesse meurtri par la violence de la réalité. Il absorbe cette violence, la canalise et la transcende en une évocation picturale ou en volume chargé de trouver son public. Mais malheureusement, les Évocateurs sont souvent des artistes incompris.

Les arts de la rue :
Il se caractérisent par le fait qu’ils sont exécutés dans un espace public, généralement en extérieur. Les Artistes utilisent les lieux comme décor et les incluent comme composantes de leurs prestations. Un spectacle réalisé dans une rue ne sera jamais totalement identique à celui donné dans la rue voisine.

Le feu est l’élément de prédilection des Artistes de la rue, que ce soit pour le cracher ou l’utiliser pour des éclairages subtils. Cet Artiste est un fougueux, il livre un combat permanent contre lui-même afin de prouver son existence à la réalité. Grandiloquents, mémorables, l’Artiste des rue a de la gouaille et harangue les passants afin qu’ils assistent au spectacle de sa troupe.

La gastronomie :
Un dicton populaire est plutôt clair là dessus : “L’Efraeyt cuisine, l’autre se fait à manger”. C’est là que se trouve toute la subtilité de l’art culinaire. La gastronomie commence dès lors que la faim est dissociée du plaisir de manger. Le gastronome cherche à provoquer un plaisir charnel en essayant de retranscrire sa personnalité, ses envies et ses messages par l’intermédiaire d’aliments.

Le travail sur les textures, les matières, les couleurs, la composition est essentiel, et certains Cuisiniers ont recours aux services d’Évocateurs afin de sublimer leurs plats. Bon vivant par excellence, le Cuisinier est un compagnon de route très recherché car avec peu d’ingrédients, il est capable de faire de grands festins. L’art de la cuisine Efraeyt retrouve la symbolique de leur trinité : le salé correspond au corps, le sucré à l’âme et l’amer à l’esprit.

La littérature :
L’art noble par excellence. Elle ne regroupe toutefois pas l’ensemble des écrits du Peuple de la Lune. Les essais et les textes de lois - bien que respectant la recherche du beau locale- n’entrent pas dans le champ de la littérature. Elle se pare en effet d'atours esthétiques qui différencient clairement ce qui est raconté de la manière dont cela est raconté. Ici, seule la manière compte, permettant de retranscrire des émotions et sensations par la seule utilisation de mots.

Une légende raconte que sept mots seulement sont nécessaire à provoquer l’amour, là où dix peuvent briser un être à jamais.


L'Écrivain est un jongleur de mots. Passé maître dans l'art de les agencer, il sait créer l'émotion, faire passer du rire aux larmes, raconter des histoires extraordinaires ou faire des descriptions minutieuses... Son imaginaire fertile et sa sensibilité à fleur de peau lui permettent de capter ce que les gens habituellement ne voient pas. L’Écrivain est un solitaire qui suit deux cycles de vie bien distincts. Le premier est un cycle d'imprégnation, où l'Écrivain va rechercher à vivre un maximum d'aventures et à accumuler de nombreuses expériences. Le second cycle est fait de recueillement et de production intensive où l'écrivain va coucher sur papier tout ce que son âme lui dicte.

L’architecture :
L’architecture ne se limite pas au simple fait de concevoir et construire un bâtiment. Les architectes ne se content pas de bâtir, ils conçoivent des bâtiments en harmonie avec leur environnement et leur mode de vie, symbole d’un culturalisme très fort. Ils influent sur l’espace comme aucun autre Artiste, offrant à leur peuple des œuvres pérennes.



Le théâtre :
Parfois assimilé aux arts de la rue, le théâtre est cependant une forme artistique bien particulière. Il n’est en effet pas en symbiose avec l’endroit dans lequel il est pratiqué (nombre de comédiens utilisent des décors pour modifier les lieux à leur convenance). Le théâtre regroupe plusieurs formes artistiques se trouvant au croisement d’autres domaines : tragédiens qui écrivent des textes, metteurs en scènes qui concrétisent leur visions, comédiens qui récitent un texte et jouent avec leur corps. Leur particularité est de faire entrer leurs pratiques artistiques en résonance : pris indépendamment, ils ne sont rien et ne présentent que peu d'intérêt, ensemble, leur symbiose peut faire naître de véritables chef-d’œuvre

Les Comédiens ont toujours été appréciés du public, mais il ne disposent pas de l'aura mystique des Chanteurs. Le Comédien oscille entre tragédie, comédie et a parfois du mal à dissocier le réel de son imaginaire. Le Comédien est habitué à vivre en troupe et à sillonner les routes pour ses diverses représentations. Mais la vie de Comédien est souvent faite de solitude, car une fois la tournée terminée, la troupe se défait et les Comédiens peuvent ne jamais se revoir. C'est pour cela que les Comédiens sont toujours extrêmement chaleureux car ils savent qu'ils ont peu de temps pour être efficaces et bien s'entendre, afin d’assurer la réussite du spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Efraeyt des Plaines interdites   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Efraeyt des Plaines interdites
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1st Rp] Petite aventure dans les plaines
» Sur les plaines arides (fini)
» Le vent de sang qui vient des plaines plombe nos vies de son danger |Fini|
» Lïsa, guerrière des plaines.
» Grèves interdites !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ère des Loups :: Peuples et territoires des Mondes Éternels-
Sauter vers: